Comment éviter les récidives d’un traitement orthodontique ?

i

Comment éviter les récidives d'un traitement orthodontique pour un sourire parfaitLe but est donc d’éviter le retour vers la situation initiale, avec la réapparition partielle ou totale des caractéristiques dentaires et occlusales qui précédaient le traitement : principe des récidives d’un traitement orthodontique.Avant le démarrage du traitement, il est important que le patient soit informé que le risque de récidive existe. Oui mais comment faire ? Cela passe par mettre en avant l’importance de la phase de contention et des risques de récidive possibles, mais aussi en réalisant les procédures destinées à la limiter. Cette phase de contention a été précisé lors d’un arrêt que la cours de cassation a jugé en 2012. Il a été jugé essentiel qu’à la fin du traitement cette phase soit obligatoirement mise en place.
Selon Bery « L’orthodontiste doit fonder son plan de traitement sur la meilleure connaissance de la pathologie, sur la parfaite maîtrise de l’art dentaire […], mais il doit aussi […] anticiper les réactions physiologiques du patient ». L’orthodontiste est donc soumis à une seule obligation de moyens.

Quels sont les éléments à mettre en œuvre pour éviter les récidives d’un traitement orthodontique ?

Il est important de respecter certaines règles pour maintenir la stabilité des résultats du traitement :

  • La correction précoce des rotations pour permettre à l’environnement parodontal de se réorganiser,
  • Le maintien de la largeur intercanine et intermolaire durant le traitement,
  • L’obtention d’une bonne occlusion statique et dynamique avec absence d’interférences occlusales en fin de traitement.
  • La suppression de l’étiologie de la dysmorphose,
  • Le repositionnement de l’incisive inférieure sur la base mandibulaire en fonction de la direction de croissance et de l’équilibre musculaire.

D’autres actes peuvent venir s’ajouter :

  • Le contrôle strict de la dimension verticale doit être effectuer mais il faut aussi éviter de basculer les plans d’occlusion et palatins notamment avec l’usage de forces extra orales cervicales,
  • Les finitions appropriées doivent être réalisées de manière soignées durant le temps nécessaire,
  • La Surcorrection des anomalies existantes,
  • Le passage par une période de contention qui doit être maintenue jusqu’à ce que la croissance du patient soit terminée. Le problème des dents de sagesse doit être réglé :
    • soit par leur extraction,
    • soit par la disponibilité de place pour leur éruption.

Quels sont les moyens de contention les plus appropriés ?

L’orthodontiste peut faire appel à plusieurs moyens mécaniques de contention :

  • La plaque de Hawley,
  • L’arc lingual scellé sur bagues sur les premières prémolaires,
  • L’arc lingual collé de 3 à 3 : C’est un excellent système de contention, non visible et parfaitement toléré. Il peut être collé sur les faces linguales des six dents antérieures ou uniquement sur les faces linguales des canines,
  • L’arc vestibulaire collé entre 3-5 pour éviter la réouverture de l’espace de la 4 extraite,
  • Le spring retainer : appareil amovible préconisé pour la correction d’un faible encombrement « 2mm) limité au bloc incisivo-canin,
  • Le tooth positionner : il suppose la confection d’un set up idéal en fin de traitement,
  • Les forces extra orales, les activateurs, maintenus en place après un traitement orthopédique jusqu’à la fin de la croissance.

Il peut aussi utiliser des techniques qui viennent s’ajouter aux moyens à disposition :

  • La rééducation neuromusculaire dont le but est d’obtenir un équilibre stable entre la musculature labio-juguale et la langue par le biais d’exercices ou d’appareils de repositionnement lingual. Son but est d’éviter la récidive des troubles d’origine fonctionnelle,
  • L’équilibration occlusale et les meulages sélectifs pour aboutir à un parfait engrènement; gage de stabilité du traitement,
  • Le stripping ou le meulage interproximal utilisé dans les cas de dysharmonies dentodentaires avec un encombrement résiduel de 2 à 3 mm.
  • La chirurgie est aussi une solution qui peut être envisager :
  • La germectomie des dents de sagesse justifiée en cas de dysharmonie dento maxillaire sévère,
  • La freinectomie du frein labial supérieur pour éviter la récidive d’un diastéme interincisif,
  • La glossectomie en cas de macroglossie vraie,
  • La septotomie des fibres parodontales supracrestales pour éviter la récidive des rotations.

Le contrôle régulier pour éviter les récidives d’un traitement orthodontique

A la fin d’un cas, le praticien doit continuer à être vigilant même si les objectifs qu’il s’était fixé ont été atteints. Il est important de réfléchir à la meilleur manière de vérifier l’évolution de l’occlusion à court et à moyen terme pour éviter les récidives d’un traitement orthodontique.
Si un risque de récidive existe, il est normal de poser un dispositif de contention approprié.
Les techniques complémentaires que nous avons évoquées apportent une aide évidente à la stabilité des résultats thérapeutiques.
La situation est beaucoup plus inquiétante lorsque l’étiologie de la malocclusion semble être un déséquilibre musculaire ou hormonal.
Face à une récidive, l’orthodontiste doit adopter une attitude modeste et avoir en tête l’opinion de Horowitz Hixon : « les traitements orthodontiques peuvent temporairement modifier le cours de l’évolution physiologique. Cependant, à la suite des périodes de traitement et de contention, le processus dévolution originel reprend ».

La stabilité tout au long du traitement

Elle doit être assurée depuis sa conception jusqu’au choix du dispositif de contention, par le respect de certaines règles :

  • Surveiller la croissance en maintenant, si nécessaire, un dispositif de contention jusqu’à sa fin et, dans les cas où l’on redoute une poussée de croissance postpubertaire particulièrement importante, il est nécessaire de terminer le traitement avec la fin de croissance,
  • Rechercher l’occlusion la plus stable et la plus fonctionnelle possible en respectant des protocoles de finition exigeants,
  • Attacher une attention toute particulière à la suppression des dysfonctions et parafonctions, et obtenir ce que Gugino appelle la « neutralisation de l’enveloppe fonctionnelle »,
  • Placer systématiquement des contentions linguales collées dans le cas où les fibres desmodontales ont été sollicitées et cela suffisamment longtemps pour permettre leur réorganisation.

Mais il ne faut pas oublier que l’équilibre physiologique se modifiant au cours de la vie, des modifications affectant l’alignement et les rapports dentaires peuvent apparaître à tout moment, sans que cela ne soit à mettre sur le compte d’une quelconque récidive. Il faut que le praticien informe ses patients de l’évolution physiologique normale de la denture.

Vous pouvez aussi consulter notre article sur les facteurs des récidives d’un traitement orthodontique.