Croissance de la mâchoire et impact sur l’ orthodontie

Croissance de la mâchoireIl est nécessaire de prendre en compte la croissance de la mâchoire dans toute intervention ou traitement orthodontique. Appréhender, observer et gérer la vitesse de cette croissance peut avoir un impact certain dans le solutionnement d’une problématique orthodontique.

Les impacts de la croissance de la mâchoire chez les patients en orthodontie

  • Certaines problématiques orthodontiques ne peuvent avoir une issue favorable que s’il y a une croissance favorable (plus particulièrement les déséquilibres importants entre les mâchoires).
  • Si la croissance est faible ou trop forte cela aura une conséquence sur le patient.
    L’orthodontiste doit alors s’adapter et faire évoluer le traitement en conséquence.
  • Si la croissance a lieu plus tard cela peut complètement influer sur le traitement,
  • Une croissance trop forte qui arrive tardivement va avoir une incidence sur la mâchoire et les dents puis modifier les corrections déjà apportées.
  • La croissance ne peut pas modifier, à elle seule, les problèmes d’occlusion importants.
  • La croissance des mâchoires se produit surtout vers l’arrière. Le but est de laisser les molaires permanentes sortir. Cela n’a pas d’influence spécifiquement positive sur les problèmes qui affectent les dents antérieures.
  • Une intervention chirurgicale peut être nécessaire si la croissance ne se fait pas au niveau des mâchoires. Il est donc pertinent que les problèmes de déséquilibre entre les mâchoires soient évalués dès l’âge de 7 ans lors d’une première évaluation orthodontique.

Voici quelques autres facteurs qui ont aussi une influence sur le bon déroulement d’un traitement orthodontique :

  • le suçage de pouce chronique,
  • une pression excessive de la langue contre les dents,
  • un modèle de développement osseux hors normes.

Dans quels cas la croissance des mâchoires peut aider

Il est rare de pouvoir corriger ces problèmes seulement avec la croissance de la mâchoire.
Cependant l’importance de la croissance est réelle pour les corrections orthodontiques :

  • Lorsqu’il y a une composante squelettique ou un déséquilibre entre les mâchoires, le potentiel de la croissance peut aider à corriger la malocclusion mais ne pourra pas le faire seule.
  • La croissance est essentielle pour corriger certains types de problèmes, mais une intervention orthodontique est aussi nécessaire pour corriger la plupart des malocclusions dentaires.
  • La croissance peut aider l’arrière des arcades dentaires en créant de l’espace pour accommoder les deuxièmes molaires situées derrière les premières molaires (voir Figure 1 ci-haut). Cette croissance est essentielle pour l’éruption des molaires. Si elle était vraiment suffisante, elle pourrait même permettre l’éruption des troisièmes molaires (dents de sagesse), mais cela n’est pas commun.
  • L’utilisation d’appareils orthodontiques pendant un traitement permet d’utiliser le potentiel de croissance de façon optimale pour tenter d’obtenir une meilleure relation entre les mâchoires.

Dans quels cas, la croissance des mâchoires n’aide pas

  • Dans certains cas où le patron de croissance est vraiment défavorable ou anormal (par exemple lorsque la mâchoire inférieure mord devant celle du haut – malocclusion de type classe III), toute croissance supplémentaire peut en fait empirer le problème.
  • Certains appareils, tels que les appareils “fonctionnels”, peuvent être utilisés, en plus des “broches”, pour aider à réduire l’écart entre les mâchoires pendant une période de croissance.

La croissance des mâchoires n’est pas égale dans toutes les dimensions

Quand nous cherchons à connaître l’état d’une dentition, d’une occlusion ou de mâchoires. Il faut avoir une approche en 3 dimensions : longueur, largeur et hauteur. En effet, les mâchoires n’ont pas une croissance similaire dans ces 3 dimensions.

  • LARGEUR : La croissance se stoppe d’abord dans cette dimension et dès l’âge de 5 – 6 ans ou lorsque les premières molaires permanentes ont fait éruption.
    • La croissance en largeur cesse dans la région antérieure aux premières molaires permanentes mais elle continue dans la région postérieure (à l’arrière des molaires) à mesure que les mâchoires s’allongent vers l’arrière.
      Les mâchoires se développent en “V” et doivent donc être plus larges à l’arrière qu’à l’avant, ce qui implique une augmentation de la largeur postérieure avec la croissance en longueur. Les deux vont de pair et sont indissociables.
    • En cas de déséquilibres dans la largeur du maxillaire supérieur, il est nécessaire d’équilibrer rapidement la largeur des mâchoires. C’est le but de l’expansion maxillaire rapide qui peut être faite dès 4, 5, 6 ans pour certains cas plus graves.
  • LONGUEUR : A cet âge, les mâchoires ne sont pas encore très longues et continueront à grandir mais cela se produit vers l’arrière. Les mâchoires se déplacent vers l’avant sous l’effet de la croissance à l’arrière. Cela donne l’impression erronée que cela donne consiste à un développement des mâchoires vers l’avant. La croissance dans la dimension sagittale ou antéro-postérieure (longueur des mâchoires) se termine plusieurs années après la dimension transverse (largeur) et peut continuer jusqu’à la fin de l’adolescence.
  • HAUTEUR : C’est la troisième et dernière dimension qui se termine le plus tard.
  • La longueur et la hauteur des mâchoires continuent donc leur croissance jusqu’à l’adolescence et elles offrent le plus grand potentiel pour faire des corrections en orthodontie. Nous savons que la croissance peut changer l’évolution d’un problème, dans les dimensions de longueur et de hauteur, particulièrement la dimension sagittale (longueur). C’est pourquoi de sévères malocclusions de type Classe 2 peuvent être corrigées sans chirurgie orthognathique pendant l’adolescence s’il reste de la croissance mandibulaire significative.

L’importance de l’assimilation du processus de croissance

  • Les notions de croissance et développement des mâchoires que nous avons vues nous montre l’intérêt de réaliser certaines interventions précoces en orthodontie.
  • C’est pourquoi nous avons recours à des interventions de prévention et d’interception en orthodontie comme :
    • les extractions sélectives,
    • l’expansion maxillaire rapide,
    • l’utilisation d’un masque de traction extra-orale,
    • la correction d’occlusion croisée antérieure pouvant causer des déviations mandibulaires, etc.

La fin de la croissance des mandibulaire antéro-postérieure

Cette fin dans la dimension de la longueur ne se produit pas au même moment chez les filles et les garçons. Elle est terminée plusieurs années plus tôt chez les filles. Ceci peut être un avantage ou un désavantage selon le plan de traitement visant à corriger un déséquilibre entre les mâchoires.