Parodonte, qu’est-ce que la récession gingivale ?

Le parodonte, aussi appelé périodonte, est l’ensemble des tissus de soutien des dents. Son étymologie provient du grec para voulant dire “autour” et odontos (dent). Il est constitué de l’ensemble des tissus qui entourent et soutiennent les dents.

Définition du parodonte

L’étymologie de ce mot nous vient du grec « para » qui signifie « autour » et « odontos » qui veut dire « dent ». Il correspond donc aux tissus de soutien des dents.
Il est composé de plusieurs éléments : l’os alvéolaire du maxillaire (mâchoire supérieure) et de la mandibule (mâchoire inférieure), du ligament parodontal ou dento-alvéolaire, la gencive attachée, la muqueuse, le cément et des éléments nerveux (récepteurs parodontaux ou propriocepteurs, fibres nerveuses) et des vaisseaux sanguins (artérioles, veinules),
Il possède logiquement un niveau de gencive déterminé dont le but est de recouvrir et protéger la dent. Il arrive qu’autour de la dent existe une zone de récession gingivale où le niveau de gencive a diminué et expose une partie de la racine.

Le rôle du parodonte

  • Il est multiple. Non seulement il soutient la dent à l’os alvéolaire sous-jacent mais il aide à remodeler les structures soumises à des forces (par exemple lors de l’application de forces orthodontiques), à la fonction et à l’âge et assure une barrière de défense efficace contre les multiples micro-organismes de la cavité buccale. Son intégrité est essentielle à une bonne santé dentaire et pour effectuer des déplacements dentaires pendant un traitement d’orthodontie.
  • Le parodonte est d’une importance cruciale en orthodontie, car il doit être en santé, intact et de la meilleure qualité possible pour permettre les déplacements de dents multiples au cours d’un traitement orthodontique.
  • Ses structures sont fragiles et facilement dommageables si des forces inadéquates sont utilisées. De plus, une mauvaise hygiène buccale peut endommager ou détruire ses composantes et rendre impossible des déplacements de dents normaux.
  • La qualité du parodonte peut varier d’une personne à l’autre et son évaluation considère la qualité et la quantité des tissus présents. L’hérédité joue un rôle important pour déterminer le type de tissus d’un individu.
  • La gencive est constituée d’un tissu épithélial kératinisé et de fibres collagènes qui attachent la gencive à l’os alvéolaire et au cément de la dent (gencive attachée). Ceci lui procure une résistance aux contraintes masticatoires.

La récession gingivale

Elle aussi plus communément appelée « déchaussement ». Il apparait sous la forme d’une baisse du niveau de la gencive et de l’os autour d’une ou plusieurs dents. Le résultat est que la racine de la dent est exposée avec toutes les conséquences que cela inclut.
La gencive se positionne autour des dents dans le but de les protéger et par une forme de scellement. Si cette protection diminue fortement cela a pour conséquence de mettre en danger la santé et la survie de la dent.
Ce processus peut être progressif et exposer de plus en plus la surface de la racine. Ces problèmes touchent tous les âges mais en particulier les adultes.

L’orthodontie cause-t-elle de la récession gingivale ?

Lorsque certaines conditions sont réunies pendant un traitement d’orthodontie, du déchaussement peut apparaître ou s’accentuer quand les dents sont déplacées. Ceci affecte habituellement les dents antérieures inférieures, mais peut se produire sur n’importe quelle dent.

Les causes de perte de gencive

Parmi celles-ci, on retrouve :

  • l’infection chronique des tissus dentaires,
  • l’abrasion par une technique de brossage inadéquate ou trop agressive,
  • l’usure traumatique causée par d’autres dents mordant sur la gencive,
  • la malocclusion : une malposition importante des dents, comme lorsqu’une dent est hors de l’arcade dentaire ou en rotation sévère,
  • l’usure de la gencive causée par un “piercing“.

Parodontie et malocclusions

La malocclusion est créée

  • La stabilité des dents est assurée par le parodonte qui est essentielle à la stabilité de la dentition et de l’occlusion. Les maladies parodontales chroniques causant une perte de tissus affaiblissent le support des dents et cela peut avoir une conséquence indirectement sur la position des dents.
  • Cependant, lorsqu’il y a un affaiblissement du parodonte, les forces appliquées sur les dents par la musculature péri-orale et les muscles de mastication « normales » peuvent alors devenir progressivement trop importantes pour être “supportées” par un parodonte affaibli. Conséquence, des mouvements dentaires s’appliquent car les dents cèdent aux diverses forces et pressions qui agissent sur elles.
  • Ainsi, on peut voir des incisives qui avancent et s’écartent progressivement avec les années, créant des espaces inter-dentaires. Une telle condition prend des années ou des décennies à se développer et n’apparait donc pas chez les enfants, les adolescents ou jeunes adultes, sauf cas spécifiques.

La malocclusion est déjà présente

  • C’est le cas des malocclusions de type classe II ayant un surplomb vertical (overbite) excessif et où les incisives inférieures “mordent” dans la muqueuse du palais.
    Le parodonte est affaibli car avec les années, cette condition cause du déchaussement derrière les incisives supérieures et une perte osseuse. Un espace se créée en présence des forces d’occlusion et de mastication qui déplacent alors les incisives supérieures vers l’avant et permettent aux incisives inférieures de s’allonger et mordre davantage dans le palais. Cela génère ainsi un “cercle vicieux” qui peut mener à une destruction sévère du parodonte et même à la perte de dents après plusieurs années.
  • Les malocclusions pouvant causer de tels dommages sont décelables très tôt, soit dès l’enfance (voir exemple ci-dessous), et peuvent être interceptées et corrigées par une intervention orthodontique précoce. C’est pourquoi il est recommandé de faire une première évaluation orthodontique dès l’âge de 7 ans.